Quels sont les lieux sûrs pour échapper à des zombies ?

attaque-de-zombies

Un groupe de mathématiciens américain vient de rendre public les résultats d’une modélisation statistique « réaliste » d’une épidémie de zombies. Les scientifiques ont ainsi déterminé quelle serait la zone vous offrant le plus de chances de survie.

Les scientifiques ne se cantonnent pas toujours à des sujets très sérieux. Non sans humour, ils peuvent appliquer leurs connaissances à des questions plutôt ludiques. Le meilleur plan pour survivre à une épidémie de zombies par exemple… C’est précisément ce qu’on fait des mathématiciens de l’université Cornell aux États-Unis en modélisant les divers scénarios d’une « apocalypse zombie ».

Et ils ont répondu à une question qui nous taraude tous : en cas d’une épidémie de zombies, quel serait l’endroit le plus sûr ? Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les abris spécialement organisés par l’armée ne seraient pas une si bonne option… Les chercheurs recommandent plutôt de s’éloigner des zones très peuplées, et de se rendre en montagne de préférence.

 

Pour survivre, il faut aimer les grands espaces

En effet, les chercheurs ont remarqué que l’épidémie ne ressemblerait sans doute pas à ce que la culture populaire imagine. Alex Alemi qui a participé à l’étude explique dans le communiqué : « On suppose généralement [qu’une épidémie de zombie] affecte toutes les zones en même temps, et quelques mois après le début de l’épidémie, il ne vous reste que quelques groupes de survivants ».

« Mais dans notre tentative de modéliser les zombies de manière un peu réaliste, il ne semble pas que cela se déroulerait vraiment comme ça », affirme-t-il. » Les grandes villes tomberaient en réalité très vite. Avec une population très dense, l’épidémie se propage facilement. Mais la progression de l’épidémie ralentie à mesure que les zombies ont de moins en moins de cibles disponibles.

Il leur faudrait ainsi plusieurs semaines pour atteindre les régions moins peuplées. C’est donc vers là qu’il faudrait essayer de se réfugier, d’après les chercheurs. Dans le cas des États-Unis, la dernière zone touchée serait les montagnes Rocheuses, situées dans l’ouest, qui ne seraient affectées qu’au bout de plusieurs mois. Des outils sérieux pour un sujet… moins sérieux Les chercheurs décriront leurs travaux plus en détails lors d’une conférence organisée par la société américaine de physique le 5 mars prochain. Et si le sujet de leurs travaux peut sembler peu crédible, ils ont souligné que leur étude se base tout de même sur des outils statistiques très sérieux.

« Modéliser des zombies vous fait passer par de nombreuses techniques utilisées pour modéliser les vraies maladies, quoique dans un contexte amusant », a conclu ainsi Alex Alemi. »

 

 

}